Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

AVANT-PROPOS

DE LA SECONDE ÉDITION

L'accueil favorable qu'a reçu la première édition de ce livre nous permet de la faire suivre, plus promptement que nous ne devions le prévoir, d'une édition nouvelle. Cet accueil témoigne de l'intérêt inattendu qu'a éveillé le sujet traité dans notre ouvrage, et il nous imposait le devoir de soumettre celui-ci à une révision attentive avant de le replacer sous les yeux du public. L'occasion qui s'est ainsi offerte d'exercer, une fois de plus, un contrôle rigoureux sur les résultats consignés dans l'édition précédente nous a permis de profiter, tout à la fois, des remarques d'autrui et de nos propres observations, pour corriger, autant que nous avons su y réussir, les imperfections de notre travail.

Mais cette révision, bien loin d'entraîner aucune modification dans le caractère général de l'ouvrage, nous a donné au contraire une persuasion plus vive des vérités historiques dont nous nous étions fait, après les études multipliées de tant d'hommes compétents, l'interprète convaincu. Sans rien changer ni à l'économie, ni aux conclusions de l'æuvre, nous avons 'seulement introduit dans cette seconde édition, là où un supplément d'information paraissait nécessaire, de nouveaux arguments et de nouveaux indices propres à appuyer la thèse que nous avons entrepris de défendre et de démontrer.

Cette thèse consiste à établir que les ressorts habituels de la politique et le jeu naturel des causes qui président dans chaque époque à l'évolution des événements suffisent, avec l'amour de la liberté, pour expliquer les origines de la Confédération suisse, à l'exclusion des moyens extraordinaires ou fantastiques par lesquels, depuis tantôt quatre siècles, la tradition et la poésie se sont plu à en rendre compte. Il en découle que c'est dans l'histoire, et non dans la légende ou le mélodrame, que l'indépendance helvétique retrouve et reconnaît ses vrais ancêtres et son véritable berceau, sans qu'elle doive renier pour cela les poétiques symboles qui en ont plus tard usurpé la place. Nul patriote sérieux ne peut s'affliger, et tout partisan des bonnes méthodes doit s'applaudir d'un résultat qui, d'une part, donne aux alliances et aux libertés nationales un fondement tout à la fois plus réel et plus solide, et qui, de l'autre, est obtenu par le scrupuleux respect des principes et des règles qu'on doit prendre pour guides dans les investigations historiques.

Rester fidèle à la vérité sans qu'il en coûte rien au patriotisme, c'est une jouissance que l'auteur de ce livre vient d'éprouver encore en reprenant son sujet, et ses væux seraient comblés si tous ceux de ses concitoyens qui liront son ouvrage pouvaient partager cette jouissance avec lui.

Genève, le 15 mars 1869.

LES ORIGINES

DE LA

CONFÉDÉRATION SUISSE

PREMIÈRE PARTIE

« ZurückWeiter »