Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

le nom de cette femme) mit au monde une fille qui

fut appelée Iphis, et la conserva en la faisant passer pour un garçon. Dans la suite; Lyctus voulut marier ce prétendu garçon : Téléthuse recourut à Isis, et la déesse fit changer de sexe à Iphis.

[ocr errors][merged small][merged small]

Achélois et Hercule se disputent Dejanire;

tous deux se préparent au combat.

THÉsée demanda au dieu du fleuve la cause de ce gémissement, et pourquoi il étoit privé d'une de ces cornes dont son front étoit autrefois armé.

Vous me priez, répondit Achéloüs, de vous révéler ma honte; je vous raconterai cette histoire par ordre : et après tout il est moins honteux

pour

moi d'avoir été' vaincu, qu'il ne m'est glorieux d'avoir disputé la victoire*.

Nec tam

Turpe fuit vinci qudin contendisse decorum est.

Ajax, liv. xil des Métamorphoses, dit, en parlant d'Ulysse , qui hui dispute les armes d'Achille:

[merged small][ocr errors]

pas aú

Le nom de Déjanire est sans doute parvenu jusqu'à votre oreille. Sa beauté lui attira un grand nombre d'amans qui prétendoient à sa main : mais aucun d'eux n'osa nous la disputer à Hercule et à moi. Ce héros s’autorisoit de sa naissance et de ses travaux: moi, je crus qu'il étoit honteux à un dieu de céder à un mortek (Hercule alors n'étoit nombre des dieux.) Je suis, disois-je à Enée, le roi des fleuves d'Étolie; je fais mille détours dans vos états. Ce n'est point un étranger qui demande votre alliance; je vous suis déja allié, vous me voyez sans cesse dans votre empire, et je vous appartiens d'avance. Ne me rejetez pas, parce que Junon ne m'accable point de șa haine, et ne m'a point ordonné d'essuyer de pénibles travaux. Car, toi qui te vantes d'être fils d’Alemène, Jupiter n'est donc pas ton père; ou s'il l'est, c'est par 'un crime. C'est aux dépens de la vertu de ta mère que tu réclames un père si illustre. Choisis de n'être pas de son sang, ou d'en être à ta honte.

A ce discours, il peut à peine commander à sa colère; il me lance des regards furieux, et ne répond que par ces mots : Ma langue est moins prompte que mon bras; tu me vaincras en paroles: je te cède cet avantage*, pourvu que je remporte la victoire en combattant contre toi.

Il m'attaque en même temps. J'eus honte de céder, moi qui venois de parler si fièrement. Je dépouille mes vêtemens, et je me prépare à la lutte. D'abord Hercule cherche à m'obscurcir la vue en me couvrant de poussière : je ne tardai point à prendre sur lui le même avantage. Il se jette sur moi, me serre la

gorge, tâche de me saisir aux cuisses, qui lui échappent; il me presse, et fait d'inutiles efforts pour me

renverser : inébranlable comme un roc battu par la tempête, j'oppose à toutes ses attaques la seule masse de mon corps. Bientôt, épuisés de fatigue , nous lâchâmes prise pour respirer : mais un moment après nous recommençâmes le combat ayec

Melior mihi dextera lingua:
Dummodo pugnando superem , tu vince loquendo.

Ajax dit la même chose d'Ulysse , liv. XIII des Métamorphoses :

.

Sed nec mibi dicere promptum,
Nec facere est isti ; quantùmque ego marie feroci
Inque acie valeo, taptùın valel islę loquendo.

une nouvelle ardeur, bien déterminés l'un et l'autre à ne point céder la victoire. Nos pieds s'arc-boutèrent, nos bras s'entrelacerent. J'appuyois mon front contre le sien en le serrant de toutes mes forces. Deux taureaux qui se disputent une génisse, tandis que le troupeau regarde en tremblant leur combat, ne montrent point plus de fureur et de fierté. Trois fois Hercule voulut inutilement me repousser et séparer l'une de l'autre mes deux mains qui le tenoient fortement embrassé : le quatrième effort ne fut pas

infructueux; il me rejette (je dirai la vérité), et se précipite sur moi. Je crus porter sur mes épaules tout le poids d'une montagne. A peine me fut-il possible de dégager de ses bras mes bras couverts de sueur, qu'il tenoit étroitement serrés : à peine mes bras furent-ils débarrassés, qu'il me presse sans me donner le temps de respirer, me saisit au-dessus du cou, me courbe la tête, et me fait mordre la poussière.

« ZurückWeiter »