Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[ocr errors]
[graphic][subsumed][ocr errors][graphic]

squelette décharné; la grosseur horrible de ses genoux et de ses talons; tous ces traits annonçoient la Famine.

La nymphe n'osa s'approcher de ce monstre, elle lui répéta de loin les ordres de la déesse: quoiqu'elle ne se fût arrêtée que peu de temps, elle sentit cependant la Faim se glisser dans ses 'entrailles, et précipita son retour dans la Grèce.

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

LA Faim, quoique toujours ennémie de Cérès, lui obéit cependant. Un tourbillon de yent la porte en Thessalie. Elle entre chez Érésichthon pendant la nuit, tandis qu'il étoit plongé dans le sommeil. Elle l'embrasse étroitement, s'incorpore en quelque sorte à lui, pénètre dans son sein, dạnş' l'intérieur de luimême , se coule dans ses yeines, et y porte le besoin de manger. Après avoir exécuté les ordres de Cérés, elle quitte cette contrée

fertile, et retourne dans les cabanes où règne la pauvreté.

Un doux sommeil caressoit Érésichthon de ses ailes légères. En songe il demande des alimens; il croit les saisir, il remue inutilement sa bouche affamée; ses dents trompées frappent avec bruit ses dents ; et l'air seul reçoit ses morsures. Mais à son réveil le desit de manger se fait sentir avec violence, et circule de veine en veine; il demande avec instance tout ce que produisent l'air, la terre et la mer : on charge sa table de mets abondans, et il en redemande sans cesse; ce qui suffiroit pour des villes,

des villes, pour des peuples entiers, he lui suffit pas; plus ab reçoit, plus il desire. Semblable au vaste océan, qui reçoit dans son sein tous les fleuves de la terre sans qu'il en paroisse augmenté; ou tel que le feu, qui reprend plus de force et d'activité par la quantité des matières mêmes qu'il a consumées : ainsi la bouche du profane Érésichthon engloutit tout; cet abîme semble n'en être que plus profond, et ce qu'il mange augmente en lùi l'ardeur de manger.

FABLE XXI I I.

La fille d'Érésichthon, pour nourrir son

père, obtient de Neptune la faculté de ..prendre loutes sortes de formes.

ÉRÉSICHTHON consuma ses biens et précipita dans ses entrailles ses immenses richesses. Une fille lui restoit, il la vendit pour subsister. Cette fille généreuse, et bien différente d'un tel père, refusa de connoître un maître: Dieu des eaux, s'écria-t-elle en étendant ses mains sur les vastes mers, souverain du liquide empire, à qui j'ai sacrifié ma virginité, sauvezmoi de l'esclavage

Neptune écouta sa prière. Elle suivoit celui qui l'avoit achetée : tout-à-coup elle change de sexe, et se trouve métamorphosée en pêcheur.

O vous, dit son maître, vous qui, armé d'un roseau, trompez le poisson crédule , ainsi puissiez-vous toujours le tromper au gré de vos væụx! ainsi puisse la mer tranquille servir

« ZurückWeiter »