Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

mon caur passionné. Prenez ce cheveu, de qui dépend la destinée de mon père : votre affection est la seule récompense que je demande pour un service si important.

Minos, loin d'accepter ce présent détestable, recule d'horreur, effrayé d'un attentat si inoui. Va, fille dénaturée, la honte et l'opprobre de ton sexe ; puissent les dieux vengeurs ne pas laisser ton crime impuni ! puissent la terre et la mer te refuser un asyle! Non, je ne souffrirai pas que ta présence vienne profaner l'isle de Crète où je règne : cette isle, qui servit autrefois de berceau à Jupiter, ne pourra recevoir jamais dans son sein un monstre tel

Il dit; et après avoir imposé aux vaincus de justes lois, il fit lever l'ancre.

Quand Scylla vit la flotte en mér et qu'elle eut perdu toute espérance d'obtenir le prix de son crime , après avoir employé inutilement les prières , elle se livra à tout son désespoir. Furieuse, les cheveux épars , les bras étendus : Où fuis-tu? s'écrie-t-elle; pourquoi délaisses-tu l'auteur de ta victoire ? Ingrat! ne sais-tu pas que je t'ai préféré à mon père et à ma patrie ? Cependant avec quelle lâcheté tu

que toi.

w'abandontes ? Qaoi thi mon amour mi lè fáz tal présent que je t'ai apporté n'ont pu exciter tà reconnoissance ! Malheureuse! où troute. rai-je désormais une retraite , puisque c'étble sur/toi seut que je fondois toutes thes' espérances? Est-ce dans mon pays ? Il n'en est-plus pour moi ; ma perfidie m'en a bañinie poút. jamais. Pouirois-je soutenir les regards d'un père que je l'ai livrdi

, la vue de ses sujets que j'ai trahis, la piésence de ses alliés, qui train2 droient avec raisoir mi perfidie ? Enfin j'ai soulevékbüt l'univers contré moi poufffa ! riser la seule isle de Créte. Si tu m'en iriter dis l'entrée ,981 tū maxclusat seut'asyle qui MIO INÉSte"nomz itti? n'es pas le fils d'Europe; e’estiqné tigresse qùi terlaontá le four, ou Clarybéle qur të vorilit avec ses flots. L'amour de Jupiter changé én" taureau pour enlever ta mère n'est 'eu'une vaine fiction inventée pour le donner une Mastre origine:ak! plus tôt c'est à un turfäme taureau que tu dois la naissance. : : !

O mon père', que vous Etds' bien véngé O ma patrie si lâchentent tralie, gorttez te plaisir de me voir souffiir tant de maux; je les ai bien mérités. Puisse quelqu'un de ceux

[ocr errors]
[ocr errors]

, رو

[ocr errors]

dont je fais le malheur se venger en m'ima molant! ...D'où vient que tu punis un crime qui t'a rendu vainqueur? C'est un crime envers mon père et ma patrie ; c'est un service envers toi. Ingrat ! les vents qui poussent tes vaisşeaux dissipent donc aussi mes paroles et mes væux! Malheureuse ! il hâte sa, fuite; l'onde blanchit sous ses rames; il s'éloigne de moi et de ma patrie. Mais c'est en vain, cruel: je te suivrai malgré toi, attachée à la proue de ton navire, je t'accompagnerai sur les yastes mers. R.9115] Chin 31

En parlant ainsi , elle s'élance du rivage, au vaisseau de, Mipos , et l'embrasse fortes ment. Son père, changé en oiseau de proie', l'apperçoit, et il fondoit sur; elle d'un yob rapide pour la déchirer de son bec recourbé. Tremblante son aspect, elle abandonne le vaisseau , et déja elle tomboit dans les eaux ; mais l'air paroît la soutenir de lui-même et empêcher sa chûte : c'étoient ses ailes qui la tenojent suspendue, sur les ondes, et elle étoit métamorphoséeep alouette, siis

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[graphic][ocr errors][subsumed][graphic][merged small][ocr errors][subsumed]
[ocr errors][ocr errors]
« ZurückWeiter »