Les crimes des Jacobins à Lyon, depuis 1792, jusqu'au 9 thermidor, an 2, par le cit. Maurille, de Lyon

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 179 - Qui sont ceux qui ont des larmes de reste pour pleurer sur les cadavres des ennemis de la liberté, alors que le cœur de la patrie est déchiré? Une goutte de sang...
Seite 207 - La justice a bientôt achevé son cours terrible dans cette cité rebelle. Il existe encore quelques complices de la révolte lyonnaise, nous allons les lancer sous la foudre.
Seite 195 - L'armée révolutionnaire arrive enfin après-demain, et je pourrai accomplir de plus grandes choses; il me tarde que tous les conspirateurs aient disparu ; l'impatience de la patrie et du peuple souverain qui la compose retentit sur toutes mes fibres et dans mon cœur. Il faut que Lyon ne soit plus, en effet, et que l'inscription que tu proposes'2...
Seite 212 - Il n'y en a aucun exemple dans la haute antiquité, excepté chez les Juifs. Le seul roi de l'Orient qui se soit livré à ce crime est...
Seite 107 - ... positifs sur l'état de cette cité. Ils ont annoncé leurs dispositions à cet égard; ils ont engagé tous les citoyens à la paix et à l'union, Le malheur a voulu que cette invitation n'ait pas réussi; ils ont reconnu que les impressions qu'on leur avait données étaient fausses ; il leur est démontré que les sections ne désirent point une contre-révolution, qu'elles sont, au contraire, animées de patriotisme et de sentiments républicains; mais qu'elles provoquaient une prompte réparation...
Seite 35 - II proposa l'établissement d'un tribunal révolutionnaire, puis prenant dans ses mains une image du Christ : « Ce n'est pas assez, s'écria-t-il, d'avoir fait périr le tyran des corps, il faut que le tyran des âmes soit détrôné...
Seite 48 - Oui, je l'ai voulu,... de sang, de sang, pour punir les » monstres qui en boivent!... Misérable! que t'importe? Tu • ne crains pas qu'on verse le tien ; ... tu n'as que de la boue » et du virus dans les veines; ... les modérés ont du jus de » pavot , . . . les accapareurs un or fluide, . . . les perturbateurs » une écume de souffle ,... les réfractaires un extrait de ciguë....
Seite 205 - L'habitude du pays est un grand poids sur leur cœur : sortis de dessus leur étage à soie, ils ne savent plus comment se tourner pour subsister. Cependant de jour en jour nos besoins s'accroissent, les subsistances manquent , et il faut manger ; il faudra bien, je crois, déguerpir. La société se ranime par des orateurs qui y prêchent les principes : la tourbe calomniatrice paraît avoir fui la lumière, et nous y voyons moins dephilippotins.
Seite 179 - On nous a accusés d'être des anthropophages, des hommes de sang; et ce sont des pétitions contre-révolutionnaires, colportées par des aristocrates, qui nous font ce reproche ! On examine avec l'attention la plus scrupuleuse de quelle manière sent morts les contre-révolutionnaires ; on affecte de répandre qu'ils ne sont pas morts du premier coup....
Seite 202 - Tout cela n'est rien ; et ma santé se rétablit chaque jour , par l'effet de la destruction des ennemis de notre commune patrie. Mon ami , je t'assure que cela va on ne peut mieux ,• tous les jours il s'en expédie une douzaine ; Ion vient même de trouver cet expédient trop long.

Bibliografische Informationen