Mémoires de M. de Bourrienne, ministre d'état: sur Napoléon, le directoire, le consulat, l'empire et la restauration, Band 1

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 47 - Checoglione, s'écria-t-il assez haut, comment at-on pu laisser entrer cette canaille? il fallait en balayer quatre ou cinq cents avec du canon, et le reste courrait encore.
Seite 321 - Carteaux dans nos montagnes où sa cavalerie ne lui sera d'aucun secours. LE MILITAIRE. Comme si une armée qui protège une ville était maîtresse du point d'attaque; d'ailleurs il est faux qu'il existe des montagnes assez difficiles auprès de Marseille pour rendre nul l'effet de la cavalerie; seulement, vos...
Seite 220 - Parisiens par votre modération et votre philosophie. On vous prête mille projets plus absurdes les uns que les autres ; on ne peut pas croire qu'un homme qui a fait de si grandes choses , puisse se réduire à vivre en simple citoyen.
Seite 168 - Un contremaître, blessé de plusieurs coups, affaibli, faisant sang de tous côtés, a le bonheur de prendre terre à un morceau de bois touchant au château du port; mais le commandant lui-même lui coupe le poignet d'un coup de hache. Vu les griefs ci-dessus, et autorisé par le titre...
Seite 317 - Attendez-vous donc à avoir la guerre dans le territoire de Marseille : un parti assez nombreux y tient pour la République ; ce sera le moment de l'effort ; la jonction se fera ; et cette ville, le centre du commerce du Levant...
Seite 46 - Bonaparte; notre amitié d'enfance et de collège se retrouva tout entière. Je n'étais pas très heureux ; l'adversité pesait sur lui. Les ressources lui manquaient souvent. Nous passions notre temps comme deux jeunes gens de vingttrois ans, qui n'ont rien à faire et qui ont peu d'argent ; il en avait encore moins que moi. Nous enfantions chaque jour de nouveaux projets : nous cherchions à faire quelque utile spéculation. Il voulait une fois louer avecmoi plusieurs maisons, en construction...
Seite 62 - Saliceti, tu me connais, as-tu rien vu, dans ma conduite de cinq ans, qui soit suspect à la Révolution? Albitte, tu ne me connais point. L'on n'a pu te prouver aucun fait; tu ne m'as pas entendu; tu connais cependant avec quelle adresse quelquefois la calomnie siffle.
Seite 319 - ... auparavant dans le cas de faire la paix et dans la même position Mais vous ! ! perdez une bataille , et le fruit de mille ans de fatigues , de peines , d'économies , de bonheur , devient la proie du soldat. Voilà cependant les risques que l'on vous fait courir avec autant d'inconsidération. LE MARSEILLAIS. Vous allez vite , et vous m'effrayez ; je conviens avec vous que la circonstance est critique , peut-être vraiment ne songe-t-on pas assez à la position où nous nous trouvons ; mais...
Seite 322 - Nos meilleurs citoyens seraient emprisonnés et périraient par le crime! Le club relèverait sa tête monstrueuse pour exécuter ses projets infernaux ! Rien de pis que cette horrible idée; mieux vaut-il s'exposer à vaincre que d'être victime sans alternative. LE MILITAIRE Voilà ce que c'est que la guerre civile : l'on se déchire, l'on s'abhorre, l'on se tue sans se connaître... Les Allobroges... que...
Seite 265 - dès que nous aurons pacifié le «continent, nous nous réunirons »à vous pour conquérir la liber»té des mers. Sans vous, nous »ne pouvons porter la gloire du » nom français que dans un petit »coin du continent : avec vous, »nous traverserons les mers, et »la gloire nationale verra les ré«gions les plus éloignées.

Bibliografische Informationen