Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

CHAPITRE XXII.

EAUX MINÉRALES.

Eaux sulfureuses. Barège.

Ville de la vallée du même nom, département des Hautes-Pyrénées, à quatre lieues de Bagnères, et à deux cent dix lieues de Paris; ses eaux thermales sont au nombre de trois, distinguées par les noms de chaude, tempérée et tiède; il y a en outre cinq bains situés au bas de Barège : i°. le bain de l'entrée; 20. le grand bain, ou bain royal; 3°. le bain du fond; 4°- le bain Colard; 5°. le bain de la chapelle.

Ces eaux sont renommées pour les maladies de la peau, les affections catarrhales, les maladies laiteuses, l'ictère ou jaunisse, les plaies d'armes à feu, etc. ; elles sont dangereuses dans les anévrismcs, dans les palpitations qui dépendent des maladies organiques du cœur, dans les plaies pénétrantes de poitrine, dans la phthisie tuberculeuse, chez des sujets épuisés, etc.

'Saint-Sauveur.

Bourg situé dans la vallée de Luz, près de Barège, département des Hautes-Pyrénées. Ces eaux doivent être considérées comme annexes de celles de Barège, et se trouvent dans une plus agréable situation.

[graphic]

Propriétés médicinales. La position si heu-» reuse des eaux de Saint-Sauveur, pourra leur donner un jour beaucoup de célébrité; mais leur basse température ne les rend propres que pour l'usage intérieur : car on préférera toujours celles de Barège ou de Bagnères de Luehon , pour les bains.

Bonnes.

Petit village à sept lieues de Pau, près la yallce d'Ossan, département des Basses-Pyi-énées, Ces eaux qui sont nommées dans le pays aiguesbonnes, s'écoulent par trois sources.

Les vertus efficaces des eaux de Bonnes acquirent une grande renommée , par les bons effets qu'elles produisirent sur les soldats béarnais, blessés à la bataille de Pavie, et qui avoient été conduits par Jean d'Albret, grand-père de Henri IV. On leur donna à cette époque le nom d'eaux d'arquebusade. Elles sont très-utiles dans les affections chroniques des viscères abdominaux, les maladies cutanées, et spécialement dans les affections commençantes de poitrine , suite des catarrhes négligés.

Cauterets.

Village de la vallée de Lavedàn, au pied des

a

Pyrénées-Occidentales , à sept lieues de Barège, département des Basses-Pyrénées. On y trouve plusieurs sources: i°. celle de la Raillère, qui est la plus fréquentée, elle est tiède; 20. la fontaine du Pré ou de Courbère; 3°. celle de Bayard; 4°. celle de Mahourat, ou du Mauvais - Trou; 5°. celle des Œufs; 6°. celle des Bois. Les bains sont aussi distingués par des noms différens.

Les effets salutaires des eaux de Cauterets, n'ont pas été constatés d'une manière aussi éclatante que ceux des eaux de Barège; elles ne laissent pas néanmoins d'avoir un degré d'utilité tout aussi éminent. Ces eaux présentent en outre des avantages qui leur sont particuliers ; elles se trouvent dans un climat plus doux que Barège; elles sont situées sur un sol plus agréable, et ont des sources tellement considérables, qu'une seule suffit pour alimenter plus de bains et C.& douches que Barège. Théophile Bordeu recommande spécialement les eaux de la source de la Raillère et de Bayard, dans les vomissemens nerveux , et laphthisie catarrhale. On peut aussi les administrer dans les affections chroniques des viscères abdominaux, dans les maladies cutanées , les blessures anciennes et les cicatrices.

Bagnères de Luchon.

Bourg situé dans la vallée de Luchon, département des Hautes - Pyrénées, à deux lieues des frontières d'Espagne; on y comptait douze sources: i°. celle de' la Salle; 2°. de la Grotte; 3°. des Romains; 4°- des Roches; 5°. de la Reine; 6°. la Douce; 70. la Chaude à droite; 8°. la Chaude à gauche, etc. La onzième et la douzième sont froides; il n'y a plus maintenant que sept sources.

Les eaux de Bagnères de Luchon ont des vertus qui se rapprochent beaucoup de celles de Barège, de Cauterets , etc.

Cambo.

Bourg situé au pays de Labour, à trois lieues de Bayonne, département des Basses-Pyrénées, a trois sources, dont deux sont chaudes et l'autre froide.

Elles ont les mêmes propriétés que les eaux sulfureuses en général.

Aix-la- Chapelle.

Ville du département de la Roër, à douze lieues de Cologne. Les eaux thermales de cette ville jouissent depuis très-long-temps d'une grande réputation.

Les eaux d'Aix-la-Chapelle jouissent de vertus très-énergiques, et leur administration présente les mêmes avantages que celles des eaux de Barège , de Bagnères de Luchon, etc. Les bains sont très-utiles, surtout contre les anciennes douleurs de rhumatismes, et les douleurs qui sont la suite de blessures.

Saint- Amand.

Ville du département du Nord, à trois lieues de Valenciennes ; a des eaux sulfureuses thermales qui ont quelque réputation; la principale source est connue sous le nom de fontaine de Bouillon, analogue aux précédentes.

On administre ces eaux intérieurement, dans quelques maladies chroniques, telles que les catarrhes anciens de la vessie , les affections calculeuses des reins, les engorgemens du foie, l'ictère , etc. On loue spécialement les bains des Boues, qui ont produit quelquefois d'excellens effets dans les roideurs des articulations, quelques espèces de paralysies, et dans l'atrophie des extrémités.

Ax.

Ville située dans le département de l'Arriégc^ à quatre lieues de Tarascon. Les sources qui jaillissent des montagnes graniteuses qui environnent la ville, sont très - nombreuses; 041 en a compté jusqu'à cinquante-trois; il paroit que ces eaux étoient connues dans les temps les plus reculés-; on a trouvé un monument qui

[graphic]
« ZurückWeiter »