Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors]

T A B TL E PREMIÈRE PARTIE L'HISTOIRE Pages Introduction . . . . . . . . . .. . . . . . 3 PREMIÈRE ÉPOQUE Le territoire et la population. I. Les Celtes et les Romains . . . . . . . . . . . 7 II. Les Allémans . . . . . . . . . . . . . . .. 12 III. La colonisation des Waldstätten . . . . . . . . .. 17

SECONDE ÉPOQUE

La constitution intérieure des Waldstaettein jusqu'au commencement du XIIIme siècle.

I. La vallée d'Uri. . . . . . . . . . . . . . . 25 , II. La vallée de Schwyz. . . . . . . . . . . . . 38 III. Les vallées d'Unterwalden . . . . . . . . . . . 46

TROISIÈME ÉPOQUE L'émancipation politique des Waldstaetten. PREMIÈRE PÉRIODE Les préludes de l'affranchissement des Waldstätten jusqu'en 1291.

I. L'indépendance d'Uri . . . . . .. . . . . . . 50 II. Les luttes de Schwyz . . . . . . . . . . . . 65 III. Les efforts d'Unterwalden . . . . . . . . . . . 82 IV. Le Pacte de 1291. . . . . . . . . . . . . . 89 SECONDE PÉRIODE

AVANT-PROPOS

Il vient un moment où les questions longtemps débattues et finalement épuisées par la science et l'érudition doivent être discutées et résolues sous les yeux même du public.

L'histoire des origines de la Confédération suisse peut être rangée parmi ces procès qui, définitivement jugés au tribunal de la critique, sont à peine introduits devant celui de l'opinion. Nous nous sommes donc proposé de porter le débat sur un théâtre un peu plus vaste que celui où il a été jusqu'à présent presque exclusivement renfermé, et d'apprendre à la grande majorité de ceux qui voudront bien nous lire ce qu'ils ne doivent plus ignorer.

La simple narration des faits et l'exposition de la

controverse qui s'y rattache suffiront à instruire les uns; les autres trouveront, dans les notes et l'appendice, avec les compléments du texte, les autorités et les preuves qu'ils ont le droit de réclamer.

Nous savons mieux que personne tout ce qui manque à l'histoire qui va suivre, pour captiver l'intérêt, et à l'historien qui la raconte et la discute, pour suppléer à cette insuffisance. Nous n'ignorons pas davantage que notre livre renferme des passages et des conclusions qui peuvent déplaire. Mais, si l'on y reconnaît, malgré tous ses défauts, l'œuvre d'un citoyen heureux d'être libre et d'un critique qui préfère la recherche de la vérité au prestige de la tradition, on lui aura rendu le seul témoignage qu'il ambitionne, celui d'être un livre qui répond bien aux sentiments dont s'est inspiré son auteur.

Genève, le 12 décembre 1867.

« ZurückWeiter »