Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

gage, n'est donc pas un de ces coups de tête ou de ces coups de main qu'une passion du moment inspire ou prov0que; il est permis d'y voir, au contraire, le résultat réfléchi et dès longtemps préparé d'un sentiment d'indépendance parvenu à sa maturité. Toutefois, au moment où le pacte de 1291 fut conclu, sa perpétuité ne pouvait être qu'une perpétuité d'intention, et les confédérés ne s'aveuglaient point (la formation même de l'alliance en fait foi) sur les obstacles que devait rencontrer et sur les chances que pouvait courir leur entreprise d'émancipation. Pendant un quart de siècle ils eurent, en effet, bien des périls à traverser, bien des épreuves à subir, bien des difficultés à vaincre, avant de remporter sur le champ de bataille, où leur indépendance pouvait à jamais périr, un éclatant triomphe : avant que le pacte d'union, solennellement renouvelé, eût trouvé, dans le baptême de la victoire, sa suprême consécration ; avant que la base de la Confédération suisse, désormais inébranlable, fût définitivement posée. C'est cette portion de l'histoire des Waldstätten que nous avons encore à raconter.

[ocr errors][merged small][merged small]

Le gouvernement sévère du roi Rodolphe, les efforts de ce prince pour transformer peu à peu une grande partie de la Suisse en un apanage de la maison d'Autriche, les accroissements de puissance et de territoire que, dans ce but, il s'y était déjà procurés, devaient immédiatement après sa mort et pendant que le trône impérial restait encore vide, provoquer une réaction défensive de la part de tous ceux que menaçaient la réussite de ses projets d'agrandissement et les succès de son ambition dynastique. L'alliance formée par les Waldstätten est l'un des plus frappants symptômes de cette résistance spontanée; mais elle est bien loin d'être le seul. Les usurpations des Habsbourg étaient trop récentes, elles avaient été trop souvent contestées, les relations politiques étaient trop incertaines encore et trop mal définies, le temps, dont la durée donne à la possession les apparences du droit, avait été trop court, pour que les prétentions envahissantes de la maison d'Autriche ne suscitassent pas un soulèvement général.

Ce fut un des membres mêmes de la famille de Habsbourg qui en donna le signal. L'évêque de Constance, Rodolphe de Habsbourg-Laufenbourg, fils de Rodolphe le Taciturne et cousin germain du feu roi, s'empressa, dès qu'il eut reçu la nouvelle de la mort de celui-ci, de se mettre à la tête d'une ligue contre le chef de la maison d'Autriche, le duc Albert, fils du défunt monarque. L'abbé de St-Gall, la comtesse de Raperschwyl, les villes de Lucerne et de Zurich, s'unirent à lui, et c'est avec les Zurichois, devenus les ennemis de l'Autriche, qu'Uri et Schwyz, peu de temps après avoir signé leur pacte perpétuel, conclurent pour trois ans une alliance offensive et défensive, le 16 octobre 1291 *. Le pays d'Unterwalden, qui prit alors part à la lutte contre le duc Albert, n'intervient cependant pas dans le traité, ce qui s'explique par ce que nous savons de son organisation intérieure encore imparfaite, tandis que les communautés d'Uri et de Schwyz, ayant chacune leur landammann à leur tête, traitent sur un pied de parfaite égalité avec le Conseil et la bourgeoisie de Zurich*.

Il est dit dans leur accord que, sans tenir compte de ce qui est advenujusqu'à ce moment, chacun est tenu d'obéir à son supérieur (herre), « selon les coutumes qui existaient avant le temps du roi (Rodolphe) et selon le droit » (und nach rechte), et les alliés s'engagent à protéger et à défendre ceux desquels on « exigerait davantage » (fiirbas noeten). Mais, d'un autre côté, l'alliance est conclue, sans restriction ni réserve à l'égard de qui que ce soit (gegen menlichem), et, comme c'est de la seule maison d'Autriche ou de ses partisans, que les alliés peuvent avoir quelque chose à craindre, ce traité, de même que le pacte de 1291, auquel il sert de corollaire, ne saurait avoir en vue que cet adversaire commun. Aussi prévoit-on le cas où le territoire de l'un des membres de l'alliance serait l'objet d'une attaque violente, et l'on stipule qu'on devra, dans ce cas, user de représailles en portant la guerre chez l'ennemi, pour lui faire, par le pillage, l'incendie et tous les moyens agressifs, autant de mal que possible. Six arbitres, que chacune des parties choisit dans l'autre, doivent présider à l'exécution fidèle du traité, et suppléer même, s'il le faut, à ses lacunes. On voit dans le nombre, du côté d'Uri, Werner d'Attinghausen, Burchart, l'ancien ammann, Conrad, intendant d'Oertsfeld ; du côté de Schwyz, le landammann Conrad Ab Iberg, Rodolphe Stauffach et Conrad Hunnen.

Il n'est pas improbable que, si les hommes qui ont pris part à la rédaction du pacte fédéral du 1" août 1291 y avaient apposé leurs noms, ces noms seraient précisément ceux que nous venons de citer, et qu'on y pourrait joindre celui d'Arnold, chevalier et intendant de Silenen, landammann d'Uri, qui est nommé, comme représentant sa vallée, en tête du même traité d'alliance avec Zurich. Le titre honorifique de seigneur (her), qui, dans ce traité, leur est à tous donné, semble indiquer qu'ils occupaient les uns et les autres, dans la hiérarchie sociale, un rang supérieur au simple peuple; Werner d'Attinghausen, qui était incontestablement noble (Freie, nobilis), n'est pas ici autrement qualifié qu'eux*. Mais ce qui est plus intéressant à constater, c'est le rôle personnellement joué par ces fondateurs de la liberté suisse, à laquelle, comme dans toutes les entreprises de ce genre, il a fallu, pour que la pensée commune pût se réaliser, des représentants qui s'en fissent les organes et les exécuteurs. Et, que cette revendication d'indépendance ait eu pour promoteurs des hommes sortis de la partie supérieure de la nation, cela n'a rien que de conforme à ce que nous apprend l'histoire, où nous voyons les Gracques, Guillaume d'Orange, Washington, La Fayette, se faire, avec des succès divers, les champions des plus célèbres tentatives d'affranchissement politique. Mais, qu'il y faille ou non des patriciens, des grands seigneurs, des gentilshommes, ou des nobles, ce qui est sûr, c'est que jamais, sans l'action prépondérante de quelques individus, ne se serait accomplie l'émancipation d'aucun peuple. Ce fait d'expérience, qui a souvent inspiré les personnifications fabuleuses, où la légende veut retrouver les auteurs inconnus de telle ou telle grande révolution sociale, ce fait se vérifie historiquement pour les origines de la Confédération suisse. Le pacte du 1o août 1291, le traité d'alliance du 16 octobre de la même année, portent tous les caractères d'actes mûrement réfléchis, qui, s'ils sont l'œuvre personnelle d'un petit nombre d'hommes, expriment en même temps la volonté générale d'une population éprise de liberté, et sont nés de circonstances auxquelles ne se mêlait aucun élément romanesque ou extraordinaire. Tout s'y trouve d'accord, au contraire, avec l'ordre naturel des ch0ses, tel qu'il existait alors dans la haute Allemagne. Pendant que, dans ce pays, s'organisait la résistance contre l'Autriche, le duc Albert, qui désirait et espérait remplacer Son père comme roi des Romains, était retenu dans ses États de l'Est par d'autres adversaires, et il laissait à ses partisans le soin de défendre sa cause en Suisse. Il triompha assez promptement des ennemis qu'il avait personnellement à combattre, et il se rapprocha de Francfort pour influer sur le vote des électeurs. Ce fut là qu'il

« ZurückWeiter »